ONG FONDATION EMMANUEL

CÔTE D'IVOIRE

                                          LA RÉCEPTION DE LA BONNE NOUVELLE


Comment Jacob a reçu l’extraordinaire bonne nouvelle annoncée par son fils Joseph qu’il croyait perdu depuis très longtemps ? Exactement de la même manière que beaucoup reçoivent la bonne nouvelle du salut donné par un rédempteur jadis crucifié et ensuite ressuscité.
1- Il a douté : « il ne croyait pas ». Ceux qui ne connaissaient pas le caractère et les desseins de Dieu se disent que c’est trop beau pour être vrai (Actes 17.32)
2- Il a cru : « il vit les chars que Joseph avait envoyé pour le transporter… Israël dit : c’est assez ! » Oui, quand nos yeux s’ouvrent, nous voyons tout à coup ce que notre Seigneur exalté nous a envoyé, nous réalisons notre propre besoin, et nous ne doutons plus de son message d’amour et de miséricorde.
3- Il a décidé : « il a dit : Joseph, mon fils, vit encore ! j’irai ». La foi est agissante, il n’est pas facile de faire lever les gens pour Dieu, si leur cœur ne veut pas se reposer sur la parole.
4- Il a possédé : « Joseph…leur donna une propriété dans le pays d’Égypte, dans la meilleure partie du pays » Genèse 47 :11. Recevoir l’invitation de Christ, c’est devenir héritier d’un héritage éternel (1 P 1.4,5). Notre Royal Maitre nous donne toujours le meilleur. « Il y a d’abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite » (Ps 16.11)

Il y avait une famine dans le pays ; mais celui que Dieu avait exalté, et qui portait le sceau royal, n’était pas démuni, bien au contraire. Tous ceux qui sont dans le besoin feraient bien d’aller vers Joseph. Le temps de crise aiguës ne peuvent que révéler davantage les inépuisables richesses du grand libérateur. En Christ, il y a largement de quoi rassasier toutes les âmes affamées. « Seigneur, à quel autre irions-nous qu’à toi ? Tu as les paroles de la vie éternelle »(Jean 6.68). Il est très édifiant de remarquer que la famine n’a pris fin que lorsque le peuple n’a plus rien eu à donner. Quand les gens furent totalement à bout de ressources, Dieu intervient pour les délivrer. Beaucoup de personnes, lorsque leur vie spirituelle passe par un désert, se débattent énergiquement par ce qu’ils pensent qu’il leur faut gagner la bénédiction à force d’efforts. Dans ce chapitre, nous voyons que Joseph est honoré et servi par ceux qui l’avaient autrefois renié et persécuté. Nous voyons ici, symboliquement, notre relation avec Jésus Christ en tant serviteurs.


                                                                       Source Prêche toute la parole de James Smith et Robert Lee.

0
0
0
s2smodern